Document Actions

All India Dalit Mahila Adhikar Manch (AIDMAM)

by mudasser — last modified 2010-05-24 15:42

All India Dalit Mahila Adhikar Manch (AIDMAM) est un forum destiné à faire disparaître les liens entre le système patriarcal, les castes, la culture et l’oppression des classes, l’exploitation et la marginalisation des femmes Dalits. AIDMAM jouit de l’adhésion et de la solidarité tant de femmes non Dalits que d’hommes Dalits et d’autres défendeurs des Droits de l’Homme engagés à promouvoir et à protéger les Droits des Femmes Dalits sous leur leadership. AIDMAM encourage le droit à la vie, la sécurité, le développement, la dignité et l’égalité des femmes Dalits dans une société sans violence.

Parce qu’elles se situent en bas de la hiérarchie des castes et qu’elles sont des femmes, les femmes Dalits sont victimes de violences et de discriminations endémiques. Elles portent le poids de l’ « intouchabilité », de l’oppression des castes, de la pauvreté et de la subordination politique.


En raison du système patriarcal, les femmes Dalits sont victimes de discriminations et d’exploitation en dehors et au sein même de leur foyer. Le lien entre l’important  déséquilibre social, économique et politique au sein des castes et le système patriarcal a un fort impact sur les Femmes Dalits. Elles sont par conséquent doublement exposées à une violence physique, sexuelle croissante ainsi qu’à une exploitation de leur travail. Les femmes sont écartées de l’accès au patrimoine et aux ressources. Leur contribution sociale et économique n’est pas reconnue. Leurs choix et opportunités sont limités, ce qui les place à l’échelon le plus bas de tous les indicateurs de développement. Ces facteurs concourent au manque de respect et de dignité de la part des hommes et femmes non Dalits à l’encontre des femmes Dalits.


AIDMAM- Une réponse à la violence contre les Femmes Dalits
Chaque année, près de 27 000 cas d’atrocités sérieuses et de violations des Droits fondamentaux sont enregistrés sous le  « SC/ST (Prevention of Atrocities) Act 1989 ». Malgré le manque de données précises concernant l’ampleur de la violence envers les femmes Dalits, il n’y aucun doute qu’elles sont disproportionnellement touchées par ces atrocités. Une micro étude sur 124 cas d’atrocités dans cinq Etats de Rajasthan menée par le Centre pour les Droits des Dalits entre Octobre 2004 et Janvier 2006, montre que 55 cas touchaient directement des Femmes Dalits et des enfants de sexe féminin. Il s’agissait de viol, viol collectif, viol de filles mineures, meurtres et tentatives de meurtre, agressions physiques, brutalisassions et attaques à l’acide. 28 autres femmes et leur famille ont subi des violences en rapport avec la possession de terre, le boycott social, le meurtre de leurs maris et enfants. Il apparaît clairement que les femmes Dalits sont les premières victimes de violences contre les communautés Dalits.


Une étude nationale menée par l’institut « Institute of Development Education, Action and Studies » (IDEAS) concernant 500 femmes Dalits qui ont subi des violences au cours des 5 dernières années, révèle la nature, l’étendue, la profondeur et l’effet de la violence sur les femmes Dalits ; la violence inhumaine dont elles font l’objet  mais aussi leur esprit infatigable et leur quête de justice.


AIDMAM est une réponse à toutes les femmes Dalits qui vivent des situations de violence extrême au quotidien. AIDMAM permet le suivi des femmes Dalits qui ont participé et présenté leur cas lors de la Conférence Nationale sur les violences contre les Femmes Dalits qui fut organisées le 7 et 8 Mars 2006 à Delhi par NCDHR.


AIDMAM affirme
 80 millions de femmes Dalits constituent une catégorie sociale distincte de la population indienne.
 89,5% de femmes Dalits participent considérablement à la production économique en Inde en tant que main d’œuvre agricole, ouvrières industrielles non-syndiquées et ouvrières indépendantes dans le secteur non-officiel.
 Les femmes Dalits négocient et gèrent leur vie avec un courage, une endurance et un espoir extraordinaires face aux terribles violences liées au système des castes et au genre sexuel et qui prennent la forme d’injures verbales, de violences physiques, d’exploitation sexuelle et autres types de violences en dehors et au sein même de leur foyer.
 Les connaissances et les compétences des femmes Dalits dans l’agriculture durable, les techniques d’irrigation, l’élevage d’animaux et d’autres productions artisanales constituent une valeur et une contribution cruciales pour le développement durable.
 Les femmes Dalits participent activement à des mouvements contre le système patriarcal et contribuent à la lutte contre le système des Castes et le concept d’ « intouchabilité ».

 

AIDMAM condamne
 Les membres des castes qui se servent de leur pouvoir pour exclure, dégrader et violer la dignité, l’intégrité sexuelle et charnelle des femmes Dalits ainsi que compromettre leurs sources de revenus et moyens de subsistance.
 Les patriarches qui commettent des abus sexuels et se servent de la dot pour harceler les femmes; qui entravent la liberté, l’espace, la voix, le choix et les opportunités au sein de la famille et de la communauté des femmes Dalits.
 Les femmes Dalits exclues et tenues à l’écart de l’accès ou du contrôle et ressources tels que la terre, les crédits et du système éducatif.
 L’exploitation du travail des femmes Dalits, qui sont payées de façon inégale et ne touchent même pas le salaire minimum.
 L’effroyable nature des violences sexuelles et physiques sur les femmes Dalits et les  filles mineures, qui incluent le viol et le meurtre, les agressions physiques, les kidnappings et enlèvements, la prostitution forcée, l’exploitation sexuelle et l’abandon.
 Les continuelles pratiques sociales et professionnelles déshumanisantes comme le  « manual scavenging » et le  « système devadasi »
 Les obstacles contre les femmes leaders dans les  « Panchayati Raj » afin qu’elles ne puissent pas jouir des opportunités qui leurs sont pourtant réservées.
 L’absence de responsabilités de l’administration, de lois renforçant les organismes de protection, de système judiciaire et politique dans la gestion des services, d’accès à la justice et de créations de programmes de développement.
 La perpétration du cycle de violence à travers l’exploitation de filles mineures dalits sous diverses formes (violence sexuelle, travail d’enfants, illettrisme et discrimination).

AIDMAM demande
 La reconnaissance des Femmes Dalits en tant que catégorie sociale distincte ainsi que la reconnaissance de leur contribution à la productivité nationale et au bien être, pour leur permettre de jouir d’une part d’équité dans la richesse et les ressources du pays.
 L’ajout des amendements nécessaires et la stricte application du « SC/ST (Prevention of Atrocities) Act, 1989 », de ses règles et des mesures législatives existantes permettant de protéger la vie et de promouvoir la sécurité des femmes Dalits.
 Donner la responsabilité aux Panchayats, aux mécanismes de protection et aux administrations générales d’empêcher les atrocités commises sur les femmes Dalits, qu’ils engagent des actions rigoureuses contre les auteurs  en cas de violation,  et que les victimes bénéficient de soutient à court terme et de réhabilitation à long terme.
 Améliorer les conditions économiques des femmes Dalits, étendre les provisions inclues dans l’article 21, leur assurer la propriété, le contrôle, l’accès à la terre, aux ressources communes, au crédit et autres avantages.
 Fournir gratuitement des opportunités sans discrimination, une éducation de qualité et obligatoire pour les petites filles Dalits, une éducation technique et professionnelle de niveau secondaire et supérieure.
 Prendre des mesures rigoureuses pour combattre le harcèlement de femmes Dalit Panchayat Sarpanch ou élue, et développer leurs aptitudes afin d’améliorer leurs performances.

AIDMAM s’engage à
 Défier le système des castes et de la patriarchie, travailler pour une société égalitaire exempte de toute discrimination.
 Mener des Campagnes contre la violence conjugale, le foeticide et le mariage des enfants.
 Suivre les atrocités et accroitre le support juridique aux survivants de violences.
 Développer une clarté conceptuelle sur les perspectives et les préoccupations des femmes Dalits
 Construire et maintenir des liens entre les autres Dalits et les organisations de femmes afin de promouvoir les difficultés des femmes Dalits
 Participer à des forums de développement et de Droits de l’Homme afin d’échanger les points de vue et de présenter les difficultés des femmes Dalits
 Soutenir des organisations membres à travers le développement de compétences et l’accès aux droits des femmes Dalits
 Fournir des formations aux femmes Dalits leaders pour renforcer leurs aptitudes et leurs compétences de leaders.
 Entreprendre des travaux de recherches et des actions de défense concernant les problèmes des droits des femmes Dalits.
 Promouvoir des conférences au niveau International, National, Régional et Etatique afin de donner de la visibilité aux injustices subies par les femmes Dalits.
 Faire la liaison entre les femmes Dalits, les Dalits, les femmes et les autres mouvements et organisations partageant la cause des femmes Dalits.
 AIDMAM croit qu’il est possible de créer une société libre de toutes discriminations et de violence ou tous les enfants, femmes et hommes de diverses communautés vivent ensemble et collaborent pour le bien-être commun. AIDMAM pense que le dialogue et les mécanismes démocratiques peuvent mettre fin aux structures hiérarchiques et aux systèmes de domination et de concentration de pouvoir. Comme   Babasaheb Ambedkar, AIDMAM pense que le “progrès de n’importe quelle communauté doit être mesuré en termes de progrès accomplis par sa population féminine ». Le courage, la force et l’endurance des femmes Dalits et leur quête pour la justice constitue l’inspiration et la force nécessaire pour supprimer le système de caste et la patriarchie.

« SC/ST (Prevention of Atrocities) Act, 1989 »: décrété par le Parlement d’Inde, dans le but d’empêcher les atrocités commises contre les “Scheduled castes » et les « scheduled tribes ». Le but de cet acte est d’aider à l’inclusion sociale des Dalits dans la société Indienne.

   « Manual scavenging » : pratique qui consiste à nettoyer/retirer manuellement les excréments des toilettes sèches.
 « Devadasi » : Devadasi signifie servante de la divinité, de jeunes filles sont retirées de leur famille pour consacrer leur vie au temple. Elles incarnent l’amour libre et sans limite. Elles incarnent des «prostitués sacrés ».
  « Panchayati Raj » : désigne le système politique que l'on trouve en Asie du Sud, notamment en Inde, au Pakistan et au Népal. Traditionnellement, il s'agit d'assemblées dont le rôle est de régler des différents entre individus et entre villages.

   Babasaheb Ambedkar est un juriste et homme politique indien. Il est le principal rédacteur de la constitution de l'Inde, un leader intouchable, et un initiateur du renouveau du bouddhisme en Inde.  Il y inclura la prohibition de toutes formes de discrimination, tant envers les intouchables hors-castes qu'envers les femmes, et la liberté de religion.

Other Movements
NCDHR, 8/1, South Patel Nagar, Second Floor, New Delhi - 110 008, INDIA.
Phone: +91 - 11 - 25842249, E-mail: info@ncdhr.org.in
Designed and managed under EkDuniya initiative of OneWorld
Personal tools